Un dimanche de canicule

Ce matin il a vraiment fallu que je me fasse vi-o-lence pour sortit du lit à 8h… Le but : se promener à la fraiche avec les hommes et revenir se calfeutrer à la maison avant midi pour ne pas attraper un coup de chaud.

Garé rue des Augustins : Ouf, le dimanche c’est gratuit! Balade à l’ombre dans un Bordeaux presque désert (quand même une élégante touriste qui fait des photos), on sort des sous au LCL (des sous pas « gratuits » comme le pensait El Joven quand il était tout petit) et puis, à l’ombre des tilleuls-platanes du cours Victor Hugo on marche jusqu’à Saint-Mich. Toujours à l’ombre des arbres et des parasols, à la terrasse de mon troquet préférés (du quartier), on prend café allongé pour moi et El Marido un double, thé à la menthe pour El Joven. C’est comme des vacances…

Aux Capus on achète tomates de saisons, bien charnues et pas jolies, melon, framboises,  chorizos chez Don Quichotte, et on se reprend un café Ô Lève tôt (Ça ouvre effectivement vers 4h30 ou 5h  selon les jours nous apprend la patronne qui se trouve habiter non loin de chez nous. Ce bar où les patates sont pelées devant vous avant de finir en frites dans les assiettes est connu des noctambules : on y mange traditionnellement une entrecôte/échalotes confites/frites en sortant de boite. Je n’ai jamais essayé. On peut aussi y manger plus tard. Mais pas trop tard.

Pour nous c’est pas trop la période frites et fourneaux, ça serait plutôt la période salade tomates/ haricots verts (en boîte), tartine de sardines à la tomate, etc. Le thermomètre affiche 37° dehors. Je n’arrive pas à me faire une raison : je culpabilise de ne pas me remettre aux bouquins de documentation, à la peinture de l’arrière cuisine, à mes bracelets tissés en perle ou à  la préparation d’un peu probable vide-grenier. Je voudrais aussi dessiner mais mes petits yeux clignotent… Manque de sommeil.

Une douche fraiche. Je ne vois plus que ça…

Le mot de la fin : à la place de la douche je nous suis fait un mojito sans alcool à ma façon, un pur délice. Demain je recommence et je vous mets une photo.

Recette : La limonade : dans une bouteille qui ferme verser un  jus de citron vert, un jus de citron jaune, de l’eau pour 3 grands verres, du sucre selon votre gout. Secouer bien la bouteille pour que le sucre « fonde ». Mettre 4 glaçons dans chaque verre, ajouter un centimètre de crème de cassis, puis faire couler le limonade doucement dessus pour qu’elle ne se ménage pas avec la crème de cassis et ajouter plein de feuilles de menthe que vous garder dans votre congélo pour les urgences de ce type 😉 Et voilà!

Bonne fin de dimanche !

 

Je ne vous dis pas tout…

Je ne vous dirai pas quel temps il fait (bien qu’il ait fasse très beau), je ne vous dirai pas combien de temps j’ai mis à 13h pour aller à mon école (21 minutes) et je ne vous dirai pas non plus le bonheur que j’ai à rouler sur les boulevards et a admirer les maisons, humbles échoppes ou superbes demeures aux allures châtelaines… Je ne vous dirai pas, non plus, quel bonheur c’est pour moi de suivre les cours du le prof qui me faisait si peur autrefois… Je ne vous dirai pas, non plus, le plaisir que j’ai eu à ce que mon ancienne collègue de janvier et février dernier m’appelle pour me demander si je serais disposer à remplacer sa nouvelle collègue de janvier jusqu’à l’été. Ca, je vais vous le dire : ça me plairait assez bien que cela soit en doc. Il faut avouer que je préférerais, maintenant, faire des remplacements en espagnol.

Je ne vous parlerai pas de tout cela, car je préfère vous parler de vers… de  terre.

Quand nous étions à la campagne, nous avions dans notre jardin, sous le figuier un gros bac à compost dans lequel nous déversions chaque jour toutes les épluchures etc.

Quand nous sommes arrivés ici nous avons continuer : sous le grand sapin de la résidence il y a un bac à compost où nous descendons, presque tous les jours tout ce qui est compostable. Tout?  Non! Car presque dès notre arrivée, El Marido a installé dans notre arrière cuisine, un composteur « d’appartement » peuplé d’irréductibles vers de terre qui réduise encore et toujours les déchets verts que nous que El Marido y met chaque jour!

Attention : images dégueu! C’est la première fois depuis presque deux ans que je dois regarder ce qu’il y a là-dedans… Et je le fais pour vous chers lecteurs! Enfin, regarder… Ce n’est pas moi qui ai pris les photos quand même! Je vais vites vous les mettre là en essayant de ne pas regarder et vous dire : bonne soirée!

IMG_20170925_191431

On ouvre

IMG_20170925_191455

On remue

IMG_20170925_192037

On ajoute des trucs et des bouts de cartons

IMG_20170925_192646

Si vous avez des questions sur le fonctionnement du truc, je puis néanmoins vous répondre : bien que ne m’en occupant pas, je sais tout! En tous cas : cela ne sent RIEN du tout dans l’arrière cuisine et même quand on l’ouvre çà ne sent pas, ou au pire le sous-bois… Si ça sent mauvais c’est qu’il y a un binz!

Je vous embrasse!

On n’est pas là pour se faire engueuler (Mr Hyde)

26 août, 29 degrés dans notre salle de séjour-bureau, 33° dehors. A chaque fois que tu veux t’atteler à quelque chose tu transpires à grosses goutte et abandonne… Reste la TV avachie sur le canapé, la moquette : avachie comme le chat, ou l’ordi…

météo.png

C’est décidé un jour on repartira plus au nord… Parce que si, comme les climatologues le disent, les étés vont durer de plus en plus longtemps et seront de plus en plus chaud, jusqu’à atteindre les températures du Qatar… Moi je m’expatrie plus au nord, au Danemark, ou en Bretagne, ou à LR.

Cette semaine a été une vraie semaine de merde.  D’abord il a fait chaud, très chaud. Ensuite mon fils ne veut rien faire de ses journées en dehors de Mario : il dort jusqu’à midi et ensuite il décolle pas beaucoup de son ordi.  Bon c’est un ado vraiment super sympa, alors j’ai pas de quoi me plaindre et j’ai rien d’autre à lui proposer vu que moi j’étudie à mon bureau toute la journée… Mais… Vivement la rentrée. Au moins je pourrais aller étudier en bib et sortir d’ici! (Parce que je me vois pas laisser l’ado toute la journée seul. Il serait capable de se lever à 17h. Bref…) Mais vivement la rentrée!!!

Puis je ne sais ce que j’ai au pouce depuis presque un moi, je ne peux plus le plier et il est rouge et enflé à l’articulation. Je n’ai pas le moindre souvenir de lui avoir « fait » quelque chose. Ça m’emmerde (oui : ça m’emmeeeeerde) parce qu’un pouce, mine de rien ça sert tout le temps! Un pouce ça permet de « prendre » par exemple. Ou un un pouce ça permet de jouer à la Wii avec son fils pour décompresser…  A force d’attendre que ça passe et que ça ne passe pas, je n’ai toujours pas vu de toubib… A écrire dans agenda « prendre rdv toubib » (voilà c’est fait rdv mercredi). Ensuite on a eu un gouffre dans nos comptes. Mais après quelques jours d’énoooorme stress on a pu (par une opération du Saint Esprit) le combler. Ensuite vendredi l’ISPE m’a dit que j’étais prise pour la préparation du CAPES et m’a annoncé que l’inscription tout ça, ça ferait 1500€. Du coup j’ai abandonné l’idée de préparer le CAPES avec l’ISPE (bon je vais quand même essayer de trouver un financement, mais faut pas non plus rêver… Je verrai avec Pôle, et d’autres organismes cette semaine) Et puis alors que je tourne en rond avec mon fils dans l’appart entre mes cours et son Mario, j’ai pas eu d’appel pour faire un remplacement, alors que « théoriquement »,  à partir de jeudi ils ont commencé à appeler « des gens ». En tous cas mes copines de l’académie de Versailles ont commencé à être appelées. Et puis je contacte un organisme qui me demande un papier que Pôle ne peut pas me donner, parce que leur ordi ne peut pas le sortir.

C8D.gif

Et puis je contacte une nana pour lui demander une certaine chose et puis elle ne me répond pas, parce que je sais que ça ne l’arrange pas.  Et puis il fait chaud et on a pas un radis. Et puis la taxe foncière qu’on a pas payé depuis deux ans va bien finir par tomber à force qu’on leur demande tous les mois de nous dire ce qui se passe! Mais je la payerai pas leur foutue taxe : j’ai passé des heures et des heures au téléphone et sur Internet à vouloir que tout se passe bien au moment du déménagement et dans les mois qui ont suivi et cette année encore et El Marido s’est déplacé… Mais rien, rien, rien de rien… Ils n’ont rien voulu comprendre et n’ont fait que nous balader entre Pau, Montpellier, Bx etc , on reprend les mêmes et on recommence pendant des mois!!!! Alors crotte! Merde! Une fois que je la recevrai leur taxe j’irai leur dire que non, non et non je ne veux rien entendre, écouter ou comprendre : je paierai pas! Et puis une commentatrice (quasi fantôme) de ce blog me demande si je n’ai pas honte de ne pas parler des attentats… Alors que quelques jours plutôt alors que j’écrivais sur un groupe FB fermé de postulants au CAPES d’espagnol  « 1000 pensées pour les habitants de Barcelone et pour toutes les victimes et leurs familles… pour tous ceux qui étaient si heureux sur les Ramblas et qui ont été touchés par la cruauté et la barbarie… »  Une commentatrice me répondait : « C’est complètement déplacé d’écrire ça ici! » Ah… Bon… J’aurais cru qu’au contraire qu’entre hispanistes… Heureusement elle a été la seule à trouver ça « déplacé ».

Mais enfin est-ce qu’on va me foutre un peu la paix? Est-ce qu’enfin je pourrais respirer proprement et arrêter de passer la moitié de la nuit éveillée et l’autre moitié à cauchemarder?

Je vais prier saint Boris pour que tout s’arrange.

Je vous embrasse.

 

Le cerf-volant de Bx

Aujourd’hui je suis fortement déprimée par plusieurs interviews que j’ai entendu depuis quelques jours sur le climat. On aura beau me dire « à chaque jour suffit sa peine », « il faut vivre le moment présent », « la peur n’évite pas le danger » etc… Quand j’entends des spécialistes du climat dire qu’ils ne font pas de « catastrophisme » car la situation EST catastrophique et que nos enfants connaitront, en France, des étés à 50° … On pourra ainsi mourir de chaud pour de vrai… (article du Monde) Je sais c’est pas gai de raconter ça sur mon blog. Mais ça me met tellement le moral en vrai que je ne pouvais pas le garder pour moi.

Heureusement il y avait le catalogue Ikéa dans la BAL (la vraie, celle qui est au rdc), ça m’a fait super plaisir, car j’adore regarder le catalogue Ikéa et me promener dans ses allées. Mais Hélas mon moral est encore retombé quand je me suis appelé d’un reportage sur la déforestation en roumaine… De la forêt primaire. La seule forêt « vierge » d’Europe. Et devinez qui en est en « grande » partie responsable? I…ké…. Aaaah….

Alors je suis redevenue triste et j’ai commencé a réfléchir à ce que je pourrais faire avec mes ados cette aprèm… (Oui j’en ai momentanément 2)

J’ai regardé avec mélancolie le catalogue Lin-vosges… « Qu’ils » me refourguent (bien revoir comment expliquer dans un coours toutes les traductions de « Ils », « on », (on est un con), « se »  etc… ) qu’ils (Télérâmâ donc) tous les 6 mois pour me rappeler amèrement que je n’aurai jamais un aussi beau linge dans mon lit…

Et puis j’ai ouvert le programme de l’Utopia et pof! Paf! J’ai trouvé : on irait voir un Buster Keaton (en première séance c’est 4€).

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19572578&cfilm=1962.html

Les ados on adoré 🙂 Moi j’ai surkiffé (ou le contraire). J’ai tellement ri que j’en avais presque mal. C’était Le Collège. Ce weekend on ira probablement en voir un autre avec El Marido : Le Mécano de la Général.

IMG_20170806_141244

Dans la rue j’ai fortement souhaité être en hiver. Surtout quand on a croisé un petit train de touristes… Une « locomotive » (tchoutchou!!) et 3 wagons. Disney-land je vous dis…

IMG_20170806_164951_976

 

 

 

Nuage de sucre

La pluie tombe drue. Je n’ai pas à me préoccuper de savoir si elle tombe d’Ouest en Est ou d’Est en Ouest et de me précipiter au rdc pour vérifier que l’eau ne dégouline pas par la porte du jardin dans le couloir au risque d’imbiber je ne sais quel meuble. Le vent peut souffler fort, très fort : je ne me demande pas si la cheminée va tenir ou le toit tenir bon… Bien sûr les volets roulants n’ont pas l’air très solides et je n’aimerais pas qu’ils s’arrachent et l’autre jour les portes fenêtres n’avaient pas l’air très solides contre les rafales de vents… Mais grosso modo, au deuxième étage, d’un immeuble en béton de 4 étages, on ne craint pas trop qu’une tuile se déplace et que l’eau se mette à gouter du plafond. J’aime cette sensation.

Hier des potes sont venus déjeuner, on a fait plusieurs fois le tour du parc de la résidence. Le mimosa est déjà en fleurs! Il y avait du gui tombé un peu partout pendant les jours de tempêtes… Des champignons. Des bancs pour s’assoir : on se croirait dans un petit parc public. C’est sympa. Il faisait beau. Aujourd’hui la pluie est revenue. Des soucis que je n’arrive pas à prendre avec décontraction. Des contrariétés. Des nuages dans le ciel et dans ma tête.

L’autre jour on a regardé un film un peu perturbant mais excellent (j’ai peur qu’il n’ait pas amélioré mon humeur!)

« Gone Girl »  un thriller américain de David Fincher, sorti en 2014. Il s’agit de l’adaptation cinématographique du best-seller américain Les Apparences (Gone Girl) de Gillian Flynn, qui en est également la scénariste. Une drôle d’histoire d’une femme qui disparait et où tout mène à croire que son mari l’a assassiné, sauf que nous, on sait bien qu’il ne l’a pas fait! Enfin, on est presque sûr… Jusqu’à…

J’ai beaucoup aimé mais après j’ai pas passé une bonne nuit. Rêves agités…

Samedi matin on est parti se balader dans Burdigala. Bus jusqu’à la Victoire, puis promenade : rue du Mirail, cours Victor Hugo, place Fernand Lafargue, rue St-Rémi, place de la Comédie, rue St-Catherine, rue des 3 Conils, place Pey Berland… Le petit tour classique. L’après-midi je suis allée à un club de crocheteuses et tricoteuses à la médiathèque, des adeptes de yarn bombing*. C’était sympa on se regroupe pour papoter et se donner des conseils. Là il y avait un projet de recouvrir un ^point d’interrogation géant qui sera en relation avec une expo sur le « mystère ». J’ai participé à recouvrir ce grand « ? » sans savoir vraiment toute l’histoire mais c’était cool de papoter.

800px-Yarn_Bombing_Madrid_1

Sur ces « bonnes » paroles, je vous laisse à vos activités et vous souhaite une bonne soirée.

*Yarn bombing : Le yarn bombing est une forme d’art urbain ou de graffiti qui utilise le tricot, le crochet, ou d’autres techniques (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….) utilisant du fil.

 

Si vous êtes insomniaque vous allez avoir une nuit de folie!

J’ai bien peur de m’être engagée à réveiller El Hijito cette nuit vers 4h…«Mais maman ce n’est pas arrivé depuis 1892 et ça ne ré-arrivera pas avant que j’ai 29 ans! 29 ans maman!» Bon ok, je me suis laissé attendrir et tant pis si demain au collège il pique du nez dans son devoir de math ou d’anglais…

luneCliquez sur l’image pour en savoir plus

  1. Entrée dans la pénombre à partir de 2 h 11 min
  2. Entrée dans l’ombre à partir de 3 h 07 min
  3. Début de la totalité à 4 h 11 min
  4. Milieu de la totalité à 4 h 48 min
  5. Fin de la totalité à 5 h 23 min
  6. Sortie de l’ombre jusqu’à 6 h 27 min
  7. Sortie de la pénombre jusqu’à 7 h 22 min

Bisous et faites de beaux rêves éclairés par la lune de sang!

lune

Mise à jour de lundi 28:

lune A Bruxelles. Crédits : Geert Vanden Wijngaert / AP