« Finde »*

Cette semaine j’ai claqué ma dem’. Revu le toubib. Parlé avec la fille que je remplaçais, passé 2h avec la fille qui va me remplacer = 100% le même profil que moi, « en pire ». Elle n’a jamais enseigné l’espagnol en lycée pro, ni en lycée, ni en collège… Même pas été prof doc, ni d’autre chose à l’étranger… Ni même surveillante… Ni même prof-doc. Bref. Je ne lui ai parlé ni de « bitocul », ni de « bougnoule », ni de « Vous, vous me parlez pas pas! » ni de « Ça me fait chier »…  Je lui ai même dit, pour pas l’affoler, que le jeune gars qui s’est fait expulser une semaine avec sa bande est somme toute « sympathique » (Je ne voulais pas qu’elle arrive là-bas déjà stressée).  Il y a un certain suspens pour moi : comment ça va se passer pour elle?

You

C’est quand même pas le poste-cadeau-gros-noeud-en-taffetas » : aucune classe n’a le même niveau ou programme. Et au sein d’une même classe y a des (vrais) débutants et des élèves qui ont commencé en 5ème.  Term et première techno  (un programme proche du général), première pro d’une spécialité et première pro d’une autre spécialité, terminale pro encore d’une autre… Des secondes d’encore autre chose mais en deux niveaux, une classe de BTS… Plus les cours choisis : un cours que les profs organisent à leur goût et où les élèves s’inscrivent… Une somme de taf énorme. Avec une équipe scolaire très sympas, des locaux supers,  mais une organisation… Pfiou pfiou pfiou… Bref. Le dirlo n’était pas extatique, mais la secrétaire de direction et les responsables administratifs dans les « hautes sphères » ont été très sympas et « pour l’instant » je me suis repositionnée sur des remplacements en doc. Pour faire mon stage en janvier dans le cadre de mon master AVEC un prof en poste, peut-être. Car si on me propose un remplacement en doc avant je le prendrai car les impôts viennent de me dire que « Ok ça faisait vraiment beaucoup, mais il faudrait quand même sortir 800€ ma petite dame! » D’où? Je sais pas… A moins de transformer les crottes de Youri en or, je ne vois pas…

Totilla

Pas de neige ici, mais ça freeze. La semaine prochaine je retourne en cours. Le jour où j’ai « craqué » j’avais même plus envie de passer le concours. A quoi bon? Maintenant l’envie est revenue. Je n’aurais peut-être pas du accepter un remplacement dans un lycée pro. D’ailleurs c’est même pas le même CAPES/CAFEP… (Capes = concours pour le public. CAFEP = concours pour le privé) pour les lycées pro.

IMG_20171129_152935

Angle rue Ste-Cath et rue des Ayres

Pour les lycées pro, c’est le CAPLP, c’est différents parce que les profs de langue vivante sont également prof de lettres (français). Là je n’avais pas à enseigner le français heureusement. Enfin bref. Enfin le profil pour ce lycée c’est « avoir une grosse voix et ne douter de rien » je suppose… Qualités que je n’ai pas pas. J’ai la voix de Titi, dans Titi et gros Minet et je doute de tout et en particulier de moi. Et puis si l’esp ça peut pas faire, on continuera dans la doc et voilà.

 

Après des années j’ai finalement les cheveux 100% naturels : y’a pas mal de cheveux blancs, « des fils argentés » comme on dit en littérature », mais ça va. J’en ai moins que mes frères aînés tout de même! Plus jamais de teintures! C’est de la merde! Et je m’aime mieux comme ça.

*Finde = fin de semana = weekend ou week-end…

PS : Merci à CV, le coup de fil de SV m’a fait beaucoup de bien 😉 Bisous.

Hoy es sabado

Une de mes « chansons » préférées.

Jeudi comme prévu je suis arrivée à 7h50 à mon « nouveau lycée » pour rencontrer le directeur. Il m’a gardé jusqu’à 8h15 et m’a amené à la salle des profs. Là des profs divers et variés se sont succéder pour me parler des classes que j’allais avoir, pour me faire visiter les locaux, puis la collègue que je vais remplacer est arriver avec son ventre comme un ballon de basket et on a repasser toutes les classes en revue pour voir ce que j’allais faire avec eux. Donc : j’ai été très bien accueillie. Mais à midi j’ai décidé de partir parce que je frôlais l’overdose d’information. Je suis repartie avec 6 manuels pour les  différentes classes et niveaux… des cours à préparer sur de vraies bases. Et puis mes comptes, messagerie, internet,  école-direct créés… « Bienvenue dans l’équipe! » On verra pour les élèves mais l’équipe en tous cas est sympa et le lycée à Bordeaux, vraiment pas loin.

Jeudi j’étais encore un peu dans le stress, même si je commençais à être un peu rassurée, je continuais à avoir la trouille de ne pas être à la hauteur.

Vendredi j’ai donc été voir ma nouvelle toubib que je n’avais jamais vu, parce que mon ancienne toubib qui venait de Lille attirée avec son mari par les « sirènes du marketing jupéiste » jusque dans notre bonne vieille « belle endormie » bien réveillée… A finalement trouvé (comme moi) qu’on est jamais mieux que chez soi et est retournée, avec son mari à Lille, pour retrouver une certaine chaleur dans les coeurs qu’on ne trouve pas ici et je la comprends. On aime être souvent, là où on a grandit. Bref. Ma nouvelle doctoresse est géniale, vraiment super, très à l’écoute, très jeune (avec des piercing) et pas du tout à prescrire à tout va, mais vraiment dans l’écoute. En sortant de chez elle j’étais requinquée, le chape de stresse s’était envolée(quasiment). Je suis restée longtemps et on a vraiment parlé, de choses qui remonte à loin.

3108728162325_mauve.jpgCelui de l’année dernière

Je me suis donc dirigée guillerètement (vous savez aussi qu’il y a le fameux « effet BX » qui fait que dès que je suis « en ville » je suis heureuse… (parce que dans ma commune limitrophe, même si je suis « en ville », ça n’a rien de rien, à voir. Bref) Guillerètement donc vers la FNAC (ex Nvelles Galeries) qui se trouve être, je crois la seule papèterie du centre ville 😦 Et encore on nous l’a réduite depuis que Darty s’y est fait une petite place 😦 Oui la seule je crois, car pour info : celle de la Place Pey Berlan vient d’être remplacée par une … banque 😦 Ça aurait pu être un magasin de coques de téléphones, mais non.

Là j’ai trouvé « mon agenda 2018, le même que depuis plusieurs années et que j’adore (parce que j’avais besoin de marqué déjà des choses par rapport à l’année scolaire. Et un beau cahier mauve pour mes cours, mes classes, les notes… Ensuite j’ai confirmé à Carlota que j’arrivais sur les quais pour notre déjeuner mensuel à 12h30. Bordeaux plus Carlota = moral qui va beaucoup mieux encore. Après j’ai fait un tour rue Sainte-Cath.Il n’y a pas beaucoup de choses meilleures pour mon moral que de faire les les magasins rue Ste-Cath (en semaine) évidemment j’ai craqué pour une paire de collant 50D kaki, un  rouge à lèvres mat rouge sang coagulé…  Ca fait très « prof d’espagnol et ça impressionnera les élèves. En tous cas moi je me sentirai plus impressionnante comme ça 😉 Olé!

hmprod

… et des une paire de babies pas chères du tout (30€) je dis que c’était pas cher car j’ai bavé pendant une heure devant une paire de boots à 180€ avec une autre cliente avec qui j’étais tellement en phase qu’on a presque fini par aller boire un  café ensemble, mais en fait non. Et puis dans le bas de la rue St-Cath j’ai acheté une robe à ma taille que j’adore.

 

Bottines-179.jpg

Les bottines de rêves à un prix assez  😥

hmgoepprod.jpg

Donc après une séance de ville, ça allait beaucoup, mais alors beaucoup mieux. Après avoir dépensé des sous que je n’ai pas aussi 😦 Mais quand même ça m’a fait du bien. En rentrant vers 15h j’ai pu travailler avec entrain sur mes cours et ça c’est cool.

Aujourd’hui nous avons refait une sortie « villesque » en famille et de nouv eau le miracle à opéré : je vais encore mieux après un café en terrasse du St-Georges, bien qu’u n peu sous la pluie… On a pu constater que le programme de cinoche pour les semaines à venir est assez bon. Notre prochain film sera sûrement « Marvin ».

Pour vous tenir au courant de mes lectures : Demain J’arrête de Gilles Legardinier avait bien commencé, c’était distrayant et tout, mais là au 3/4 du bouquin ça essouffle, j’ai d’abord eu envie de sauter des paragraphes, puis des pages… Je crois qu’il va retourner à la bib sans que je sache le fin mot de l’histoire. Tant pis…

Bisous

La photo bonus :

bonus

El Joven en rajoute un peu avant de se raser la moustache! 😀

J’ai la tête comme une pastèque

Si il y a bien UNE personne que je voudrais éliminer de mon paysage c’est le gardien de mon immeuble… Quand nous sommes arrivés ici, il n’y avait pas de gardien : le parc de l’immeuble était magnifique (comprendre : assez proche d’un sous-bois) et on voyait les écureuils sauter d’un arbre à l’autre. La copro était à la recherche d’un nouveau gardien depuis des lustres et finalement ils ont trouvé… Le nouveau gardien n’est pas un méchant type (comme le précédent que nous n’avons pas connu), MAIS depuis qu’il est là c’est tronçonneuse au quotidien ou autres machines bruyantes… Tous les jours : vas-y qu’il pousse les feuilles avec son souffleur à moteur, qu’il taille les arbres façon « moignons », etc. Quoi qu’il fasse c’est à l’aide d’un moteur. Et bien sûr l’immeuble est construit de façon à ce que ça raisonne un max : écho écho écho!

Je ne vous fais pas un dessin : je n’ai pas vu d’écureuils depuis plus d’un an, depuis son arrivés. Tout est trop propre, trop ratissé, trop bruyant. Les hérissons ont disparu. Tout la faune à disparu. Je déteste ce type. Enfin pas « lui », mais la copro, qui je suppose lui dit ce qu’il doit faire… Je rêve qu’il trouve un taf ailleurs et que la copro galère encore un an à le remplacer…

Autrement depuis le début des vacances je travaille, entre autre sur les différents programmes d’espagnol et du reste. Le socle commun, la réforme, les EPI… Les niveaux…  Et puis maintenant que je vais enseigner dans un lycée pro, sur ce qui est attendu en lycée pro etc… Je suis ultra saoulée par le verbiage du ministère. Je le vomis, j’en fais une indigestion et des cauchemars… Je suis en overdose d’acronymes et de phrases à la con du genre :

« Repérer des indices pertinents, extralinguistiques ou linguistiques, pour identifier la situation d’énonciation et déduire le sens d’un message. » Soupir.  Grrr. Niaf… Pourquoi dois-je passer des heures et des heures à lire des centaines de pages de ce genre de truc pour devenir prof? Ca m’a rappelé pourquoi dans les années 90 j’avais renoncé à faire la maîtrise de Français Langue Étrangère pour faire à la place Doc. Sciences de l’Info…

Je cherche à préparer mes cours, à comprendre ce que je dois faire et  EDUSCOL (Informer et accompagner les professionnels de l’éducation) le site du ministère me parait compliquer ma tâche plus que la faciliter. Soupirs, larmes et rage. Amuse-toi et clique là.

Pendant ce temps le gardien tronçonne et transforme encore un autre arbre en moignon. Ça me donne envie de faire pipi dans un pot de chambre et de lui verser sur la tête. 😦

index

J’ai bu un thé et mangé des shortbreads : ça va mieux.

Je me remets aux programmes… STMG… TNRC… ASSP…SPVL…

dW7Xg

Je suis une fille. Je suis un cours. Tu suis le cours… Tu ne suis pas? Tu es…

IMG_20170918_123405

Chaque jour je pense à des choses que je voudrais vous raconter, qui m’étonnent,  me plaisent, m’énervent, me font rire ou m’agacent…  Et puis la semaine passe. Les cours que je suis se succèdent et je travaille à la maison le plus possible pour être prête le jour du CAPES. Grammaire, conjugaison, orthographe… Littérature… Traduction…

Lundi je suis allée d’un coup  de tram (après avoir garé ma voiture non loin de l’arrêt le plus proche de chez moi) jusqu’aux quais pour déjeuner avec ma copine Sarah, qui travaille là. Il faisait très beau. Ça la tente mon histoire de concours. Mais elle a déjà raté celui d’allemand. Il y a un bail… J’aime papoter avec elle. On se comprend bien. On est sur la même longueur d’onde. Pas besoin de décodeur, d’explications sans fin. Pas qui pro quo… Ni de poudre aux yeux.

IMG_20170918_123415

Les paquebots de touristes sont détestables pour bien des raisons. La plus importantes étant la pollution énorme qu’ils produisent.

Mais revenons aux études : Dans la traduction, hormis le vocabulaire (cela va de soi) le plus important de loin c’est la grammaire. Alors on bosse en cours, je bosse à la maison beaucoup beaucoup de grammaire. Le grand sujet de mardi dernier était le futur du passé :

« Comme elle lui demandait s’ils arriveraient à temps pour le diner, il lui répondit que oui. »

Pas de condition dans cette phrase. Pas de conditionnel. SI n’introduit pas toujours une condition et « arriveraient » n’est pas la 3ème personne du pluriel du conditionnel.

Si introduit une subordonnée complétive au futur du passé.

Si on passe la phrase au présent on a : « Comme elle lui demande s’ils arriveront à temps… »

On voit que le verbe « arriver » est bien au futur et que donc dans la première phrase il s’agit bien d’un futur du passé.IMG_20170918_123440

Voilà le genre de chose qui occupe mes journées et que j’adore. On décortique. On analyse. On doit tout pouvoir expliquer. Ce sont les questions de « choix de traductions » qu’il faut bosser et bosser encore.

Exemple de « questions de choix de traduction » :

  1. « Elle avait peur d’être attendue » ; « comme s’ils eussent été épiés » ; « tu es contente? » ; « qu’elle était là » ;  » je suis rompue ». Analysez ces 5 expressions verbales en français, et justifiez votre traduction en espagnol du verbe « être » dans chacune d’elles. (Les phrases sont sorties d’un des deux textes qu’on vient de traduire)
  2. Après avoir analysé les phrases suivantes :  » (il) répondait à mi-voix, comme s’ils eussent été épiés » et  » comme elle lui demandait s’il arriveraient assez tôt »; justifiez votre traduction en espagnol en ce qui concerne notamment le mode et le temps des verbes.

Mon vieux prof est bien parfois un peu stressant quand il s’énerve sur certaine chose. Mais bon, je profite à 200% de son enseignement.

IMG_0814

L’interdisciplinarité, pas si facile à mettre en œuvre.

Nous avons aussi des cours de « Culture numérique » pas terrible pour moi qui suis assez « au point » à ce sujet et « d’histoire du système éducatif » (jeudi dernier) où j’ai un peu l’impression moi-même de faire partie de l’histoire quand on parle des différentes réformes entre 1975 et 1989 😀 On parle aussi de la dernière reforme et de l’interdisciplinarité : comment les profs doivent travailler ensemble pour donner plus de « sens » à l’enseignement…

Il est également très important de lire « tous les jours » de la littérature française, afin de se maintenir dans un bon niveau pour la version. J’ai commencé Bel Ami, c’est très prenant, on a du mal à le laissé. En revanche je découvre Maupassant et ne lirait rien d’autre lui. Je n’ai jamais lu un auteur du 19ème aussi misogyne! Beurk.

Le cours version, avec une une prof que j’apprécie apporte son lot de drôlerie car une de mes collègue étudiante la prise en grippe immédiatement, ce qui donne des « altercations » tendue entre elles deux.  Ça va pas s’arranger j’en ai peur.

En dehors de cela,  sachez que certains jours je hais mon GPS qui me fait passer en partant du boulevard Godart par le jardin public, la rue Fondaudège, la place des Martyrs de la résistance, devant Mériadeck et enfin par la rue de Pessac et al rue St-Genès pour me rendre barrière de Toulouse!!!! J’ai failli péter un câble et à la fin j’avais les genoux complètement douloureux  pour plusieurs jours (je vous le rappelle j’ai les genoux TREEEEES fragiles et que je vais devoir retourner bientôt m’y faire faire des piqures, dans les genoux), car ce con de GPS m’avait fait prendre TOUTES les plus minuscule rues afin d’éviter TOUS les feux et donc avait transformé mes genoux en usine à pédaler. Bref j’étais très contrariée et il fallait que ça sorte. Je n’en aurais pas « voulu » à ce foutu GPS si il m’avait fait faire le même trajet dans les grandes lignes, mais là, là « il » mettait un point d’honneur à compliquer le trajet au-delà de l’imaginable!

Le weekend a été studieux.

Un abrazo.

 

Mon ami le professeur Drake Ramore

 

Vendredi dernier à l’aube j’ai bien commencé la journée par aller au labo pour faire une prise de sang (the prise de sang de routine pour voir comment va mon sucre) et en voyant la queue qu’il y a avait, je me suis dit : « Puisque c’est comme ça, je reviendrais demain ». Ensuite j’ai eu un entretien téléphonique avec ma banque, c’est fantastique comme les banquiers… Enfin bref.

Samedi dernier à l’aube j’ai bien commencé ma journée par aller au labo pour faire une prise de sang (the prise de sang de routine pour voir comment va mon sucre) et en voyant la queue qu’il y a avait, je me suis dit : « Puisque c’est comme ça… » Puisque c’était encore bien pire que la veille je suis restée. C’est le vieux bon homme qui m’a piqué et j’ai rien senti. Ah si seulement on pouvait choisir qui va vous piquer! Sa collègue elle me fait mal à tous les coup, mais lui, c’est comme une lettre à la poste : No sientes nada!

Après j’en ai profité pour ramener des croissants, c’est bien le moins qu’on puisse faire quand on se lève en premier.

IMG_20170911_114610.jpg

Après j’ai annulé ma présence au vide-grenier d’à côté (plein air) pour dimanche car je pensais qu’il pleuvait.

Dimanche : il a plu, beaucoup. Je ne sais pas si le vide grenier a été maintenu ou pas. Mais, en tous cas, j’étais bien contente de ne pas y être et de jouer à puissance 4 à la place.

Lundi j’ai récupéré une étudiante de 21 ans sur le le bord de ma route et nous sommes parti à la campagne pour la première journée « d’intégration » de mon « école » (où je suis étudiante, pas prof). J’étais vraiment pas super heureuse d’y assister, mais… On a insisté pour que je  vienne : conférence, jeux, pique-nique, conversations philosophiques « encadrées »… Bueno, bueno, bueno… Je me serai bien passé de tout ça… D’autant plus que j’avais encore pas mal de taf à faire pour M Marchoucrève. (Ah, je vous ai pas dit? J’ai décidé de lui changer de pseudo : dorénavant ça sera le Pr Drake Ramore). Bref à la première journée on nous a fait réfléchir sur plein de choses par rapport à l’enseignement et fait construire par équipe des « mobiles »… Bon, bon, bon…

IMG_20170911_120519.jpg

Le très joli mobile d’une équipe concurrente.

Mardi c’était la deuxième journée d’intégration : on a eu des conférences et une « célébration » avec vin de messe, prières, cantiques et osties. C’est dans ces situations là que je me remémore que je ne suis pas baptisée et que si j’aime beaucoup plein de gens de mon école pour les valeurs de tolérance, entraide, bienveillance qu’ils ont… Il faut bien l’avouer : je n’aime pas les messes. Je ne chante pas, je ne prie pas. Pourtant le curé était vraiment ultra sympa et donnait presque envie d’aller dans sa paroisse, nouvellement ouverte dans un nouveau quartier de Bx. Bref. L’après midi c’était sport…On a marché comme des juives errantes (très peu de garçons alors je leur refuse la priorité sur l’accord) et le soir je me suis endormie comme un bébé. ( C’est faut mais ça sonne bien).

Mercredi matin, le roi, sa femme et le petit prince sont venus chez moi pour me serrer la pince mais comme j’avais mon premier cours avec la prof de version, j’ai pas pu les recevoir. Très chouette prof : je suis super contente.

A 14h ma banquière m’a rappelé. Et puis, et puis, je sais plus trop ce que j’ai fait, mais j’ai pas assez avancé mon thème. A 17h on a été voir le Dr de Aragon pour les genoux Del Joven… Et après il était tard.

Jeudi matin : je me suis mise à bosser comme un dingue pour mon cours avec Drake Ramore (j’avais aussi bossé samedi et dimanche quand même). Du coup j’étais bien au point pour le cours de l’après-midi. On était 4.

Ce matin j’ai été chez ma toubib pour lui montrer les radios de mon pouce qui dégonfle pas. Elle m’a donné des médocs et  veut que je mette une attelle. Elle regardé mes analyses (que je n’avais pas regardé depuis samedi par que j’avais pas envie de me gâcher la semaine) et elle a dit qu’elles étaient bien mes analyses. Faut dire qu’elles sont meilleures depuis que je suis à Bx et meilleures qu’il y a quelques années où j’avais eu peur et depuis je mange beaucoup moins sucré. Bref.

58117_n.jpg

Ensuite j’avais rdv dans un café emblématique de la vie étudiante avec une copine aussi vieille que moi ou presque a qui je voulais faire découvrir les Capus et St-Mich’. Pour la petite histoire : elle était venu l’année dernière nous voir depuis Pô et c’est elle qui m’avait dit « Mais en fait tu es AMOUREUSE d’une ville, tu es amoureuse de Bx! » Et bien depuis, elle et son mari ont déménagé ici, en moins de deux! Je crois que je suis trop convaincante. Il va falloir que je me calme.

Autrement j’ai acheté des loukoums, parce qu’EL Joven en avait jamais mangé et que je ne trouvais pas ça bon pour son équilibre mental et physique.

Je vous embrasse.

 

 

On commencera par Mauriac

Après plus de deux mois sans horaires, la rentrée est dure. Et encore je ne me lève pas aussi tôt qu’El Joven… Mon réveil est calé à 7h30 tous les jours sauf le vikend.

Mardi c’était la journée de rentrée à l’Institut ou je prépare le CA/PES/FEP. Pas de cours, juste une présentation avec tous les M1 et M2 d’Hist-G, Lettres et Espagnol. On était une quinzaine. Hier il y avait le premier cours de prépa à la compo, mais comme je vais faire le 3ème concours je ferai pas la compo, donc je ne vais pas aux cours de prépa à la compo(sition). Qui n’est pas une banale compo, puisqu’elle dure 5h. En revanche aujourd’hui il y avait le cours de préparation à la traduc’, qui n’est pas une banale traduc’ non plus car nous aurons 5 heures pour la faire, en comptant les choix de traductions, qui sont des questions (une question depuis cette année, mais à bien développer) portant sur un certain point du texte qui présente une difficulté particulière, par ex :

La traduction du verbe être  : ser ou estar. Encore preuve de la complexité de la langue espagnole qui comporte deux verbes être, pas un, et ils ne sont absolument pas interchangeables!

La Traduction « on » (on est un con) mais en l’occurrence c’est aussi un pronom neutre singulier, toujours sujet. Il a 3 signification principales.

On ne doit pas jeter de papiers par terre : les gens

On a frappé à la porte, va ouvrir : une ou plusieurs personnes déterminées

On ira au cinéma : nous, en langue familière.

Le On n’existant pas en espagnol il faudra trouver par quoi on va le traduire et justifier son choix, dans un exposé pas si bref que ça, plutôt exhaustif.

Un autre « fait de langue » ou « difficulté de traduction » pourra être la traduction de « dont » qui ne fonctionne pas comme en français etc, etc, etc…

Mais passons. J’étais quand même assez stressée ce matin de retrouver mon fameux prof M. Marchoucrève. Alors j’ai décidé de partir à 8h45 pour être sûre d’arrivée à 9h15 pour un début de cours à 9h30… Ben tu vois, j’ai tout de suite stressée, en arrivant sur la barrière, parce que ça bouchonnait grave et que du coup, ben, je voyais l’heure tourner beaucoup plus vite que prévue! Du coup je suis arrivée au 3ème étage de l’Institut à 9h31! Sur les boulevards, quand ça veut pas, ça veut pas (et y’a pas de tram sur les boulevards pour les pointilleux). Quand je suis rentrée dans ma salle j’ai été un peu estomaquée, y’avait seulement 2 étudiantes. Et j’ai été vraiment surprise quand Marchoucrève est rentré (frais comme une rose) et a dit :

-Ah, je suis heureux de voir que les effectifs ont triplé depuis hier!

Comme je n’étais pas là hier, je me suis présenté et l’ai informé du fait que nous nous connaissions déjà. Ce dont il ne peux pas se rappeler car cela fait très longtemps d’une part et que d’autre part je n’avais jamais cherché à me faire remarquer de lui. Et tout le monde sait qu’à la fac, si tu ne veux pas te faire remarquer tu es transparent, ce qui est bien normal vu le nombre d’étudiants. Bref revenons à nos moutons :

0J9Kr.gif

-Voilà qui ne me rajeunit  pas, me rétorqua-t-il en riant. Le vieux à l’oeil qui frise quand il rit. C’est bien ça. Et nous voilà parti pour 3 heures de grammaire et choix de traduction…

L’homme n’a eu aucun mal à retenir nos prénoms… 3 étudiantes en présentiel! C’est du jamais vu! De l’inédit! Il y en a quelques autres « par correspondance »… Mais face à lui en général, ce sera seulement nous. L’âge aidant j’ai été la moins timide ou complexée pour répondre à ses questions :

-« Dont » c’est quoi? Il prononce « donte », faut avouer : il a très très fort accent du sud-ouest. Un accent à l’ancienne, j’adore! « Alors!? Mais réveillez-vous! Les vacances sont finies! « Donte » c’est quoi?

-Un pronom relatif, dis-je d’une voix claire et forte. J’ai tout de suite noté qu’il a perdu pas mal d’audition. Si tu murmures, c’est comme si tu pissais dans un violon. Il entend pas. Bref. Il me fait plus peur du tout. Au bout d’un moment il était bien content que je sois là pour lui répondre car Barbara ne parle pas assez fort et Lisette n’ouvre pas beaucoup la bouche…

Bref, c’était vraiment bien, vraiment cool, j’adore la grammaire, comme toujours… Les choses qui me passionnent sont étranges je le reconnais. Alors? M Marchoucrève? Il est comment? Ben il est sympa! Très bavard. Il a blanchi, s’est ridé, et à un main qui tremblote tout le temps… Et finalement, il est tellement passionnant que j’ai été super heureuse de cette matinée! Voilà. Y’avait pas de quoi s’angoisser!

Je vous embrasse.

Ps : On a commencé par une traduction de l’incipit de Thérèse Desqueyroux. Si vous voulez vous entrainer. C’était du premier mot à « Je suis rompue ».