NO

Vers 1985 j’ai découvert Mercedes Sosa alors que j’étais au pair quelque part dans les hauteurs près de Palma de Majorque. C’était cet album là. Je l’ai acheté en revenant, je ne pouvais plus me passer de cette voix profonde, d’une immense force et des paroles qui m’ouvrait sur un monde un peu plus… Vaste.

Mercedes Sosa  (1935-2009)  est « la » chanteuse argentine. A l’origine de la « nueva canción » (nouvelle chanson) , elle est connue comme « La voix de l’Amérique Latine. De gauche, membre du parti communiste dans les années 60. Après le coup d’état de 1976 elle est sur la Liste Noire de la dictature militaire et ses disques interdits… Elle reste en Argentine malgré les menaces qui pèsent sur elle jusqu’en 1979 quand elle s’exile finalement à Paris, puis Madrid, comme de très nombreux argentins, chiliens, péruviens… Il ne fait pas bon vivre sous les dictatures militaires…

Argentine : Le  Proceso de Reorganización Nacional = « Processus de réorganisation nationale » est le nom que s’est donné la dictature militaire argentine de 1976 à 1983. La dictature argentine en quelques chiffres : 30 000 « disparus »… 15 000 fusillés… 9 000 prisonniers politiques… 1,5 million d’exilés pour 32 millions d’habitants… Au moins 500 bébés enlevés aux parents « desaparecidos » (disparus) et élevés par des familles proches du pouvoir…

Uruguay : La dictature militaire de l’Uruguay commença avec un coup d’État en 1973. En 1980  les militaires entamèrent une relative ouverture politique, qui conduit finalement aux premières élections démocratiques en 1984.

En quelques chiffres : 1 prisonnier politique pour 450 habitants, certaines ONG parlent de 15 000 détenus  dont au moins 67 enfants dans un pays de 4 millions d’habitants. L’Uruguay a connu sous la dictature  une des pires répressions politiques au monde. Cent seize morts (assassinés, morts en détention et « suicides ») et cent soixante-douze « disparitions » forcées (la dernière en 1984) ont été recensés jusqu’à présent. La torture, généralisée, s’appliquait aussi aux enfants et aux femmes enceintes. Tout comme en Argentine, il y eut des bébés volés aux prisonniers politiques et adoptés par les familles des militaires et des policiers (dont celui de la belle-fille du poète argentin Juan Gelman).

Chili : Le régime militaire d’Augusto Pinochet gouverna le Chili pendant 16 ans, du coup d’État du 11 septembre 1973 jusqu’au 11 mars 1990, à la suite du référendum de 1988.

Cette période de dictature militaire commença quand les commandants des forces armées et de la police renversèrent par un coup d’État le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende, et se termina par un référendum révocatoire perdu par Augusto Pinochet qui, au bout d’une brève transition démocratique, permit la restauration de la démocratie le 11 mars 1990.

La dictature de Pinochet c’est : 3 200 morts et « disparus », 38 000 personnes torturées, plusieurs centaines de milliers d’exilés…

Je continue? La Guerre Sale, c’est comme ça qu’on l’a appelé, La Guerra Sucia… Vous pouvez en lire plus sur Wiki si ça vous intéresse.

Un poco de vocabulario antes de que llegue Carmen

Pour le dernier jour de l’année, on va rester bien calfeutré dans l’appart’ et regarder Les Temps Modernes en famille.

Para los hispanohablantes, he encontrado este pequeño vídeo que me divirtió mucho 🙂 Espero que a vosotros también le divierta…

Pour l’instant pas trop tempête (Carmen se tient bien)… 17°… (Au-dessus de zéro). Je vous souhaite une bonne « nochevieja » (réveillon de la St-Sylvestre). ¡Y hasta el año que viene!

photofunky

¡Besitos!

Con acento mejicano

Lhasa (1972 New York-2010 à Montréal)  chanteuse américano-mexicaine. A vécu au Québec. Elle chantait en anglais, français et espagnol. Morte d’un cancer du sein à 37 ans.

L’espagnol mexicain est la variété topolectale* du castillan qui est parlée au Mexique ainsi qu »aux États-Unis et au Canada. Ses origines remontent au XVIe siècle. C’est la variante de l’espagnol la plus parlée dans le monde : elle est parlée  par  un quart des hispanophones. L’espagnol mexicain est fortement influencé par le nahuatl (aztèque), langue parlée dans la vallée de Mexico avant l’arrivée des Espagnols.

Il y a quelques différences dans la conjugaison. Pour le verbe « estar » par exemple : Au Mexique on dit : No están solitarios » au lieu de « No estáis solitarios »  (Vous n’êtes pas solitaires) en Espagne. D’autre part,  à la place du pronom personnel « os » (« Vous » pluriel de « tu »)  on utilise (les) : os escribí en espagnol « les escribí »  en espagnol mexicain.

J’avoue que c’est une véritable prise de tête pour moi et pour les espagnols aussi. Mieux vaut ne pas essayer de comprendre à moins de vouloir habiter « Aux Amériques » (du sud ou du nord!) ça me paraît encore plus compliqué que l’espagnol argentin…

Différences de vocabulaire : Par exemple au on dit Mexique « fierro »pour le fer alors qu’en Espagne on dit « hierro ». Dans ce cas le mexicain a gardé la forme ancienne de l’espagnol qui date de l’arrivée des espagnols sur le « nouveau continent ». (Évolution du mot : ferrum (lat.) > *ferro > fierro > hierro)

Au Mexique comme dans toute l’Amérique Hispanique C et le Z ne se prononcent comme pas comme en castillan d’Espagne c’est à dire comme le « th » anglais. Les mexicains prononcent le C et le Z comme le S  de « serpent » en français. J’aime prononcer les C et les Z bien à l’espagnol. Dire des mots compliqués comme « zarzaparrilla » (vous pouvez écouter la prononciation là). C’est pas drôle si on ne prononce pas « la zeta (Z) y la Ce (C) ».

Interview de Gael García Barnal et Diego Luna qui sont mexicains.

Buenas noches y besitos.

*Un topolecte est une variété linguistique (géolecte) considérée sous l’angle de l’aire géographique occupée.

« Finde »*

Cette semaine j’ai claqué ma dem’. Revu le toubib. Parlé avec la fille que je remplaçais, passé 2h avec la fille qui va me remplacer = 100% le même profil que moi, « en pire ». Elle n’a jamais enseigné l’espagnol en lycée pro, ni en lycée, ni en collège… Même pas été prof doc, ni d’autre chose à l’étranger… Ni même surveillante… Ni même prof-doc. Bref. Je ne lui ai parlé ni de « bitocul », ni de « bougnoule », ni de « Vous, vous me parlez pas pas! » ni de « Ça me fait chier »…  Je lui ai même dit, pour pas l’affoler, que le jeune gars qui s’est fait expulser une semaine avec sa bande est somme toute « sympathique » (Je ne voulais pas qu’elle arrive là-bas déjà stressée).  Il y a un certain suspens pour moi : comment ça va se passer pour elle?

You

C’est quand même pas le poste-cadeau-gros-noeud-en-taffetas » : aucune classe n’a le même niveau ou programme. Et au sein d’une même classe y a des (vrais) débutants et des élèves qui ont commencé en 5ème.  Term et première techno  (un programme proche du général), première pro d’une spécialité et première pro d’une autre spécialité, terminale pro encore d’une autre… Des secondes d’encore autre chose mais en deux niveaux, une classe de BTS… Plus les cours choisis : un cours que les profs organisent à leur goût et où les élèves s’inscrivent… Une somme de taf énorme. Avec une équipe scolaire très sympas, des locaux supers,  mais une organisation… Pfiou pfiou pfiou… Bref. Le dirlo n’était pas extatique, mais la secrétaire de direction et les responsables administratifs dans les « hautes sphères » ont été très sympas et « pour l’instant » je me suis repositionnée sur des remplacements en doc. Pour faire mon stage en janvier dans le cadre de mon master AVEC un prof en poste, peut-être. Car si on me propose un remplacement en doc avant je le prendrai car les impôts viennent de me dire que « Ok ça faisait vraiment beaucoup, mais il faudrait quand même sortir 800€ ma petite dame! » D’où? Je sais pas… A moins de transformer les crottes de Youri en or, je ne vois pas…

Totilla

Pas de neige ici, mais ça freeze. La semaine prochaine je retourne en cours. Le jour où j’ai « craqué » j’avais même plus envie de passer le concours. A quoi bon? Maintenant l’envie est revenue. Je n’aurais peut-être pas du accepter un remplacement dans un lycée pro. D’ailleurs c’est même pas le même CAPES/CAFEP… (Capes = concours pour le public. CAFEP = concours pour le privé) pour les lycées pro.

IMG_20171129_152935

Angle rue Ste-Cath et rue des Ayres

Pour les lycées pro, c’est le CAPLP, c’est différents parce que les profs de langue vivante sont également prof de lettres (français). Là je n’avais pas à enseigner le français heureusement. Enfin bref. Enfin le profil pour ce lycée c’est « avoir une grosse voix et ne douter de rien » je suppose… Qualités que je n’ai pas pas. J’ai la voix de Titi, dans Titi et gros Minet et je doute de tout et en particulier de moi. Et puis si l’esp ça peut pas faire, on continuera dans la doc et voilà.

 

Après des années j’ai finalement les cheveux 100% naturels : y’a pas mal de cheveux blancs, « des fils argentés » comme on dit en littérature », mais ça va. J’en ai moins que mes frères aînés tout de même! Plus jamais de teintures! C’est de la merde! Et je m’aime mieux comme ça.

*Finde = fin de semana = weekend ou week-end…

PS : Merci à CV, le coup de fil de SV m’a fait beaucoup de bien 😉 Bisous.

Hoy es sabado

Une de mes « chansons » préférées.

Jeudi comme prévu je suis arrivée à 7h50 à mon « nouveau lycée » pour rencontrer le directeur. Il m’a gardé jusqu’à 8h15 et m’a amené à la salle des profs. Là des profs divers et variés se sont succéder pour me parler des classes que j’allais avoir, pour me faire visiter les locaux, puis la collègue que je vais remplacer est arriver avec son ventre comme un ballon de basket et on a repasser toutes les classes en revue pour voir ce que j’allais faire avec eux. Donc : j’ai été très bien accueillie. Mais à midi j’ai décidé de partir parce que je frôlais l’overdose d’information. Je suis repartie avec 6 manuels pour les  différentes classes et niveaux… des cours à préparer sur de vraies bases. Et puis mes comptes, messagerie, internet,  école-direct créés… « Bienvenue dans l’équipe! » On verra pour les élèves mais l’équipe en tous cas est sympa et le lycée à Bordeaux, vraiment pas loin.

Jeudi j’étais encore un peu dans le stress, même si je commençais à être un peu rassurée, je continuais à avoir la trouille de ne pas être à la hauteur.

Vendredi j’ai donc été voir ma nouvelle toubib que je n’avais jamais vu, parce que mon ancienne toubib qui venait de Lille attirée avec son mari par les « sirènes du marketing jupéiste » jusque dans notre bonne vieille « belle endormie » bien réveillée… A finalement trouvé (comme moi) qu’on est jamais mieux que chez soi et est retournée, avec son mari à Lille, pour retrouver une certaine chaleur dans les coeurs qu’on ne trouve pas ici et je la comprends. On aime être souvent, là où on a grandit. Bref. Ma nouvelle doctoresse est géniale, vraiment super, très à l’écoute, très jeune (avec des piercing) et pas du tout à prescrire à tout va, mais vraiment dans l’écoute. En sortant de chez elle j’étais requinquée, le chape de stresse s’était envolée(quasiment). Je suis restée longtemps et on a vraiment parlé, de choses qui remonte à loin.

3108728162325_mauve.jpgCelui de l’année dernière

Je me suis donc dirigée guillerètement (vous savez aussi qu’il y a le fameux « effet BX » qui fait que dès que je suis « en ville » je suis heureuse… (parce que dans ma commune limitrophe, même si je suis « en ville », ça n’a rien de rien, à voir. Bref) Guillerètement donc vers la FNAC (ex Nvelles Galeries) qui se trouve être, je crois la seule papèterie du centre ville 😦 Et encore on nous l’a réduite depuis que Darty s’y est fait une petite place 😦 Oui la seule je crois, car pour info : celle de la Place Pey Berlan vient d’être remplacée par une … banque 😦 Ça aurait pu être un magasin de coques de téléphones, mais non.

Là j’ai trouvé « mon agenda 2018, le même que depuis plusieurs années et que j’adore (parce que j’avais besoin de marqué déjà des choses par rapport à l’année scolaire. Et un beau cahier mauve pour mes cours, mes classes, les notes… Ensuite j’ai confirmé à Carlota que j’arrivais sur les quais pour notre déjeuner mensuel à 12h30. Bordeaux plus Carlota = moral qui va beaucoup mieux encore. Après j’ai fait un tour rue Sainte-Cath.Il n’y a pas beaucoup de choses meilleures pour mon moral que de faire les les magasins rue Ste-Cath (en semaine) évidemment j’ai craqué pour une paire de collant 50D kaki, un  rouge à lèvres mat rouge sang coagulé…  Ca fait très « prof d’espagnol et ça impressionnera les élèves. En tous cas moi je me sentirai plus impressionnante comme ça 😉 Olé!

hmprod

… et des une paire de babies pas chères du tout (30€) je dis que c’était pas cher car j’ai bavé pendant une heure devant une paire de boots à 180€ avec une autre cliente avec qui j’étais tellement en phase qu’on a presque fini par aller boire un  café ensemble, mais en fait non. Et puis dans le bas de la rue St-Cath j’ai acheté une robe à ma taille que j’adore.

 

Bottines-179.jpg

Les bottines de rêves à un prix assez  😥

hmgoepprod.jpg

Donc après une séance de ville, ça allait beaucoup, mais alors beaucoup mieux. Après avoir dépensé des sous que je n’ai pas aussi 😦 Mais quand même ça m’a fait du bien. En rentrant vers 15h j’ai pu travailler avec entrain sur mes cours et ça c’est cool.

Aujourd’hui nous avons refait une sortie « villesque » en famille et de nouv eau le miracle à opéré : je vais encore mieux après un café en terrasse du St-Georges, bien qu’u n peu sous la pluie… On a pu constater que le programme de cinoche pour les semaines à venir est assez bon. Notre prochain film sera sûrement « Marvin ».

Pour vous tenir au courant de mes lectures : Demain J’arrête de Gilles Legardinier avait bien commencé, c’était distrayant et tout, mais là au 3/4 du bouquin ça essouffle, j’ai d’abord eu envie de sauter des paragraphes, puis des pages… Je crois qu’il va retourner à la bib sans que je sache le fin mot de l’histoire. Tant pis…

Bisous

La photo bonus :

bonus

El Joven en rajoute un peu avant de se raser la moustache! 😀

J’ai la tête comme une pastèque

Si il y a bien UNE personne que je voudrais éliminer de mon paysage c’est le gardien de mon immeuble… Quand nous sommes arrivés ici, il n’y avait pas de gardien : le parc de l’immeuble était magnifique (comprendre : assez proche d’un sous-bois) et on voyait les écureuils sauter d’un arbre à l’autre. La copro était à la recherche d’un nouveau gardien depuis des lustres et finalement ils ont trouvé… Le nouveau gardien n’est pas un méchant type (comme le précédent que nous n’avons pas connu), MAIS depuis qu’il est là c’est tronçonneuse au quotidien ou autres machines bruyantes… Tous les jours : vas-y qu’il pousse les feuilles avec son souffleur à moteur, qu’il taille les arbres façon « moignons », etc. Quoi qu’il fasse c’est à l’aide d’un moteur. Et bien sûr l’immeuble est construit de façon à ce que ça raisonne un max : écho écho écho!

Je ne vous fais pas un dessin : je n’ai pas vu d’écureuils depuis plus d’un an, depuis son arrivés. Tout est trop propre, trop ratissé, trop bruyant. Les hérissons ont disparu. Tout la faune à disparu. Je déteste ce type. Enfin pas « lui », mais la copro, qui je suppose lui dit ce qu’il doit faire… Je rêve qu’il trouve un taf ailleurs et que la copro galère encore un an à le remplacer…

Autrement depuis le début des vacances je travaille, entre autre sur les différents programmes d’espagnol et du reste. Le socle commun, la réforme, les EPI… Les niveaux…  Et puis maintenant que je vais enseigner dans un lycée pro, sur ce qui est attendu en lycée pro etc… Je suis ultra saoulée par le verbiage du ministère. Je le vomis, j’en fais une indigestion et des cauchemars… Je suis en overdose d’acronymes et de phrases à la con du genre :

« Repérer des indices pertinents, extralinguistiques ou linguistiques, pour identifier la situation d’énonciation et déduire le sens d’un message. » Soupir.  Grrr. Niaf… Pourquoi dois-je passer des heures et des heures à lire des centaines de pages de ce genre de truc pour devenir prof? Ca m’a rappelé pourquoi dans les années 90 j’avais renoncé à faire la maîtrise de Français Langue Étrangère pour faire à la place Doc. Sciences de l’Info…

Je cherche à préparer mes cours, à comprendre ce que je dois faire et  EDUSCOL (Informer et accompagner les professionnels de l’éducation) le site du ministère me parait compliquer ma tâche plus que la faciliter. Soupirs, larmes et rage. Amuse-toi et clique là.

Pendant ce temps le gardien tronçonne et transforme encore un autre arbre en moignon. Ça me donne envie de faire pipi dans un pot de chambre et de lui verser sur la tête. 😦

index

J’ai bu un thé et mangé des shortbreads : ça va mieux.

Je me remets aux programmes… STMG… TNRC… ASSP…SPVL…

dW7Xg