« Les livres de notre enfance » Langelot agent secret

Allez hop : c’est parti! Sur les 10 livres de mon enfance que je me suis engagĂ©e Ă  lire en voilĂ  un de lu! Bien sĂ»r………. J’ai commencĂ© par le premier de la sĂ©rie des Langelot par le Lieutenant X…. Et je me suis replongĂ©e dedans avec le mĂŞme plaisir qu’Ă  l’Ă©cole primaire 🙂 Je l’ai vite fini, lisant tard le soir Ă  la lueur de ma petite lampe de chevet planquĂ©e sous les draps……..

Une fois la surprise passĂ©e : « C’est ma gamelle, je te dis  » cria le grand rouquin agitant ses long bras.
– Erreur : c’est la mienne !  rĂ©plique le petit blond se ramassant en boule.
– Gare Ă  toi ! Je t’Ă©crase!  menaça le grand.
– Essaye un peu tu vas voir !
– Kss ! kss ! mords-le !  firent les autres en formant un cercle. Une de ces casernes sinistres, malodorantes, que le marĂ©chal de Lattre voulait   dĂ©molir toutes… »

Une fois la surprise passĂ©e donc, je suis rentrĂ©e comme autrefois dans le rĂ©cit et le suspens… le livre date de 1965… C’Ă©tait vraiment une autre Ă©poque. On sortait encore de la seconde guerre mondiale en quelque sorte. Le vocabulaire est très diffĂ©rent de maintenant : « Dans la nuit, Langelot crut un instant qu’il avait affaire Ă  un Nègre, tant le visage de l’inconnu Ă©tait noir. Puis il compris qu’il s’agissait d’un camouflage nocturne. » Ca surprend. Mais il faut se remettre dans un certain contexte… Avant… Avant beaucoup de chose…

Aujourd’hui les Langelots sont rĂ©Ă©diter mais introuvable par ici! Il faut les commander ou les commander soi mĂŞme sur Ternet, ça ira plus vite… Ils ne sont plus par le lieutenant X mais par Vladimir Volkoff, qui ne se cache plus derrière ce pseudo maintenant qu’il est mort (ou bien a-t-il arrĂŞtĂ© de se cachĂ© derrière ce pseudo avant sa mort?) qui est un Ă©crivain très respectĂ©.

Mais je m’aperçois en glissant sur la vague que le bouquin n’est plus Ă©ditĂ©! Il faudra que je le trouve sur e-bay si je veut savoir si le vocabulaire a Ă©tĂ© respectĂ© dans la nouvelle Ă©dition… « le Nègre » est-il toujours lĂ ? Car si c’est un peu choquant, c’est tout de mĂŞme le tĂ©moignage du vocabulaire d’une Ă©poque… Que cela nous plaise ou non… Je suis curieuse de savoir.

En tous cas je suis heureuse de cette première lecture de jeunesse oĂą les ordinateurs balbutiants s’appellent des « calculatrices Ă©lectroniques » et oĂą on utilise des cartes perforĂ©es…